Liste des anti-inflammatoires sans ordonnances

Nombreux sont les moments de la vie durant lesquels vous pouvez souffrir de douleurs nécessitant la prise d’un traitement, dans le but de les soulager. Pour autant, il n’est pas toujours évident de consulter un médecin rapidement ou lors de chaque crise, pour obtenir une ordonnance. Il est donc naturel d’opter de temps à autre pour la prise de médicaments sans ordonnances, vendus en quasi libre service en pharmacie. Voyons quels médicaments anti-inflammatoires il est possible de se procurer sans ordonnance, en automédication.

L’aspirine ; le médicament anti-inflammatoire le plus réputé

Le véritable nom chimique de l’aspirine est l’acide acétylsalicylique. Il s’agit d’un des médicaments les plus consommés au monde, c’est également une molécule qui est présente dans de nombreux autres médicaments. Connu comme anti-inflammatoire non stéroïdien, l’aspirine a d’autres propriété antalgiques, (diminution de la douleur), antipyrétique (diminution de la fièvre) et notamment antiagrégant plaquettaire (empêche la coagulation du sang).

Cependant, l’aspirine reste un anti-inflammatoire et peut engendrer plusieurs effets indésirables comme des troubles au niveau gastrique et/ou des allergies. Certaines formes dites « à enrobage entériques » peuvent même avoir comme effet de compliquer l’absorption de la molécule par les tissus gastriques. Les effets indésirables peuvent être plus graves si vous suivez déjà un traitement à base d’anticoagulants.

L’ibuprofène, un anti-inflammatoire connu, mais plutôt à risque

L’ibuprofène est le nom donné à l’acide 2-propanoïque. C’est aussi un anti-inflammatoire non stéroïdien, et l’un des plus connus sur le marché. Au-delà de son rôle d’anti-inflammatoire, en tant qu’analgésique, l’ibuprofène permet de soulager d’autres maux comme  l’arthrite, la dysménorrhée primaire et la pyrexie.

L’ibuprofène peut toutefois être porteur d’effets secondaires, d’autant plus que l’aspirine. Il peut provoquer des troubles du système digestif, troubles systémiques (jaunisse, céphalée, somnolence…) et autres réactions allergiques. Ce médicament est également un perturbateur endocrinien et ne convient donc pas à certaines personnes.

Le diclofénac, attention pour les cardiaques !

Le diclofénac est le troisième anti-inflammatoire présenté ici. Il est un dérivé arylacétique, c’est-à-dire qu’il est également un dérivé d’acide. Il se présente sous différentes formes ; topique, en comprimé, en suppositoire et même sous forme d’injections intra-musculaires ou de patch. Mais la forme la plus commercialisée est le gel. Le diclofénac permet tout comme ses confrères d’agir sur les douleurs liées à l’arthrose ou aux sciatiques. Il joue aussi un rôle antalgique, antipyrétique et permet l’inhibition de courte durée des fonctions plaquettaires.

Anti-inflammatoires

Qu’en est-il de ses effets secondaire?

Les effets secondaires du diclofénac sont notamment liés au système digestif, comme tous les anti-inflammatoires… Mais attention ! Le diclofénac favorise additionnellement les troubles cardiovasculaires. Il s’agit donc d’un médicament à prendre de préférence sous la supervision d’un médecin, même s’il est vendu sans prescription médicale.

Quoi qu’il en soit, les médicaments vendus sans ordonnances n’en sont pas moins inoffensifs, ils doivent être consommés occasionnellement et avec prudence. Les effets secondaires sont bien réels et doivent être pris en compte en amont.

Il existe également plusieurs anti-inflammatoires naturels comme la poudre de curcuma, l’huile essentielle de laurier, le gingembre… ou encore mieux : l’harpagophytum ! Pour soigner les maux sur le long terme, on conseille plutôt des produits naturels. Sans effets secondaires et efficaces sur la durée, ils sont notamment réputés pour leurs nombreux bienfaits sur la santé.

L’harpagophytum

L’harpagophytum agit sur l’inflammation. C’est même l’un des anti-inflammatoires naturels les plus puissants, il agit efficacement sur les affections inflammatoires, et ce, sans risques d’effets secondaires.

L’harpagophytum, aussi nommé « harpagophyton » ou encore « griffe du diable » est une plante qui appartient à la même famille que le sésame. Cette plante vit dans les régions semi-désertiques que l’on trouve dans le sud de l’Afrique. Aux multiples bienfaits, cet anti-inflammatoire naturel a d’autres qualités : il permet de lutter contre les lombalgies, stimule le système digestif, contrôle l’appétit et régule la glycémie. Il permet même de lutter contre des maux qui vous seraient causés par l’usage d’anti-inflammatoires chimiques.

Il sera toujours conseillé de passer par une supplémentation naturelle, en réponse à des maux persistants. Quant à la prise d’anti-inflammatoires chimiques, on la conseillera plutôt pour des maux passagers, exceptionnellement.