Tout savoir sur l’acné kystique

Une acné kystique est une forme sévère d’acné. Cette inflammation acnéique sévère est également appelée acné nodulaire kystique. Elle est caractérisée par la présence des comédons et des papules ainsi que des nodules indurés douloureux et des kystes apparaissant au niveau du visage et bien d’autres régions du corps. Ces nodules contenant du pus peuvent évoluer et provoquer des cicatrices d’acné. C’est une pathologie qui, contrairement à une acné juvénile, se forme plus profondément dans la peau. Elle affecte les deux sexes, mais majoritairement les hommes, en l’occurrence, les adolescents. Diverses options médicales permettent d’atténuer les manifestations cliniques de cette affection cutanée.

Description

Acné kystiqueL’acné est une pathologie de la peau. Cette dermatose qui laisse apparaître des boutons, se présente sous plusieurs formes qui s’avèrent généralement bénignes, à l’image de l’acné juvénile. A côté de l’acné juvénile, il existe d’autres formes sévères au nombre desquelles figurent l’acné kystique. Comme toutes les autres acnés, elle est caractérisée par la présence des boutons cutanés. Mais, cette forme sévère  se distingue par l’apparition de nodules et de kystes plus ou moins nombreux. Ces imperfections cutanées peuvent apparaissent ensemble, c’est pourquoi l’acné kystique est également appelée l’acné nodulokystique ou l’acné nodulaire kystique. Les comédons, les papules, les pustules sont également d’autres lésions visibles sur la surface du corps.

Ces lésions cutanées, en l’occurrence, les nodules se développent sous la peau. Ainsi, contrairement aux boutons cutanés liés à l’acné juvénile, les boutons kystiques prennent racine profondément, à l’intérieur de la peau. L’acné kystique affecte, donc, les tissus profonds de la peau. Ces lésions laissent souvent des cicatrices permanentes et significatives au niveau du visage ou le tronc. L’élimination de ces cicatrices disgracieuses de la peau n’est pas toujours aisée et peut s’avérer impossible. L’acné kystique a la spécificité de provoquer l’apparition des boutons cutanés d’une taille assez grande.

Ainsi si l’acné (juvénile ou vulgaire) est plus fréquente, l’acné kystique, dominée par l’apparition de lésions profondes et de kystes, est relativement rare et plus sévère. Elle affecte moins de personnes, mais principalement les adolescents et les jeunes adultes. Mais les adultes, les femmes et les personnes âgées peuvent également en souffrir. L’acné kystique se développe généralement chez les personnes qui ont une peau grasse et luisante. Même rare, l’acné kystique est, par moment, douloureuse, émotionnellement pénible et peut laisser des conséquences durables avec une propagation sur la surface de la peau pendant une longue période de temps.

Causes

Les interdits de la période pubèrePlusieurs facteurs sont impliqués dans l’apparition de l’acné kystique. Le plus souvent, la cause de l’acné kystique est d’ordre hormonal. Les changements hormonaux ou les déséquilibres hormonaux qui apparaissent lors de la puberté ou cours du cycle menstruel, de la grossesse, de la péri-ménopause ou de la ménopause peuvent déclencher une acné kystique.

Les fluctuations des androgènes, des hormones mâles également sécrétées en petite quantité chez la femme, sont mises en cause ainsi que les déséquilibres hormonaux qui surviennent chez la femme, en raison du cycle menstruel, la ménopause et la grossesse. Les hormones contribuent à la stimulation des glandes sébacées, surtout lorsque survient une augmentation brutale d’androgène comme c’est le cas lors de la puberté. Cette activité excessive des glandes sébacées, situées à coté des poils, induit une production excessive de sébum (une substance grasse) qui rend la peau grasse. Cette substance se mélange aux cellules mortes de la peau, puis obstrue les pores, notamment, les follicules pileux de la peau. Cette obstruction, par le sébum, accroît le risque de développer une acné kystique.

Les pores obstrués, forment des boutons et emprisonnent des bactéries dans les follicules. Les bactéries, notamment le Propionibacterium Acnes qui vit normalement dans les follicules, prolifèrent dans le sébum et sécrètent des substances qui provoquent une inflammation du follicule. Ainsi, les pores obstrués s’infectent. Cette infection qui se développe profondément dans la peau, laisse transparaître une acné kystique. Des facteurs héréditaires jouent également un rôle dans la survenue de l’acné kystique, avec notamment, une prédisposition génétique qui rend certaines personnes plus sensibles naturellement à cette affection cutanée. Ainsi, le risque est accru chez des sujets qui ont un membre de la famille, notamment, un parent affecté par l’acné kystique.

Aussi, des agents externes sont susceptibles de provoquer ou d’aggraver cette infection cutanée. Ce sont, notamment, le contact de la peau avec des crèmes, des lotions ou des produits cosmétiques gras qui obstruent les pores. Le rôle du stress est également cité dans l’exacerbation de l’acné kystique. Certains médicaments et produits chimiques, par exemple, les corticostéroïdes, le carbonate de lithium sont susceptibles de provoquer ou d’aggraver l’acné kystiques. Les niveaux élevés d’humidité et de transpiration favorisent l’apparition de cette affection cutanée et constituent un facteur d’aggravation de l’acné kystique. Une alimentation trop grasse, avec notamment un excès d’huile, peut être un facteur favorisant l’apparition de cette forme sévère d’acné.

Symptômes acné kystique

L’acné kystique qui est une variante de l’acné vulgaire, débute comme une acné ordinaire marquée par l’apparition des boutons cutanés, avec des comédons de 1 à 3mm de diamètre, qui apparaissent en relief au niveau du visage. Ces comédons s’infectent et entraînent l’apparition des papules et des pustules, en grand nombre, qui marquent l’apparition des lésions inflammatoires superficielles.

Ainsi, lorsque les bactéries prolifèrent dans le sébum, elles provoquent une inflammation associée à des surélévations de peau ou des boutons rouges appelés papules. Ces papules qui font suite aux comédons apparaissent sur la peau et ne contiennent pas de pus, ni de liquide. Les papules  sont des lésions inflammatoires inférieures d’une taille variant entre 1 et 5 mm. Ces papules évoluent vers des pustules qui sont de petites bosses à contenu purulent : il y a donc une accumulation de pus (une collection purulente blanc-jaunâtre)

Ces lésions deviennent, parfois, douloureuses, très inflammatoires et volumineuses, se distinguant de l’acné ordinaire et marquant les signes caractéristiques d’une acné kystique, avec la présence de gros boutons cutanés rouges. Ces boutons larges et douloureux profondément dans la  peau, sont des nodules qui envahissent le visage et la partie supérieure du corps. D’un diamètre supérieur à 5 mm, ces nodules, plus douloureux au toucher, plus profonds et plus gros que les pustules, évoluent souvent en abcès et peuvent persister pendant une longue période de temps avec un contenu qui peut durcir dans des kystes plus profonds.

Ces kystes peuvent couramment produire des cicatrices. Ce kyste cutané est un bouton à l’intérieur duquel s’accumule un liquide constitué d’un mélange de globules blancs, de cellules mortes et de bactéries. Ce liquide peut durcir, mais les kystes, formant des boules, contrairement aux nodules, sont plus doux.  Douloureux, les kystes sont situés plus profondément sous la peau. Ainsi, l’acné kystique est marquée par l’apparition d’une multitude de nodules et de kystes.

Traitements d’une acné kystique

Une acné kystique est une forme sévère d’acné qui requiert l’expertise d’un médecin ou d’un dermatologue dans le cadre d’un traitement bien adapté. Dans cette perspective, il existe diverses options médicales qui peuvent s’avérer efficaces, avec notamment, la prescription d’antibiotiques, de pilules contraceptives chez les femmes, de rétinoïdes, et en dernier recours, le laser.

  • Les antibiotiques

Les antibiotiques agissant contre l’infection, permettent de lutter contre la prolifération des bactéries. Ce faisant, ils permettent de diminuer l’inflammation et les bactéries qui peuvent contribuer à la formation d’acné kystique. Ils développent, ainsi, une action inflammatoire. L’antibiothérapie prescrite est, généralement, à base de cycline. Ces antibiotiques réduisent les risques de cicatrices. Mais, les antibiotiques oraux qui sont prescrits dans le cadre du traitement de l’acné kystique, ne permettent pas de réduire l’excès de sébum. Les antibiotiques sont associés à des risque de photosensibilisation et bien d’autres effets secondaires (la nausée, la diarrhée, la sécheresse de la peau)

  • L’isotrétinoïne

Disponible sous forme de pilules et sous divers noms de marque, l’isotrétinoïne est prescrite en cas d’échec de l’antibiothérapie. Cette substance synthétique est un dérivé de la vitamine A qui appartient à la classe thérapeutique des rétinoïdes. Administrée sous la forme orale, l’isotrétinoïne s’attaque aux causes de l’acné kystique. Ce produit synthétique qui réduit de façon significative l’excrétion de sébum est également doté d’une activité inflammatoire. Il constitue un traitement très efficace contre l’acné kystique, permettant de faire disparaître les lésions.

L’isotrétinoïne par voie orale est contre-indiquée chez les femmes enceintes. Les effets secondaires liés à cette substance peuvent être potentiellement graves. C’est pourquoi, l’achat de l’isotrétinoïne requiert une ordonnance délivrée par un spécialiste ou un dermatologue. Aussi, le traitement avec ce médicament requiert une surveillance dermatologique stricte. L’isotrétinoïne est contre-indiquée en cas de grossesse. Les effets secondaires qui peuvent apparaître sont une sécheresse cutanée ainsi que celle des lèvres et des muqueuses.

  • L’hormonothérapie, pour contrer toute acné kystique

Contraceptif hormonalLes traitements hormonaux sont  indiqués chez la femme en vue d’agir sur les causes hormonales de l’acné kystique. C’est pourquoi, les contraceptifs oraux, administrés dans le cadre de la contraception, sont également utilisés contre l’acné kystique. Ils sont caractérisés par une action antiandrogénique qui permet de réduire le taux d’androgène, une hormone mâle qui favorise l’hypersécrétion de sébum. Les effets secondaires sont : une tension au niveau des seins, une sensation de fatigue, des vertiges. Aussi, ce traitement hormonal relève d’une prise en charge spécialisée.

  • Le traitement au laser

Utilisé en dernier recours lorsque les autres traitements s’avèrent peu efficaces, le laser vise à éliminer les bactéries et à réduire la production de sébum à travers l’émission de lumière par impulsion. Il a, donc, une action anti-inflammatoire Aussi,  ce traitement permet d’éradiquer les lésions et les cicatrices dues à l’acné kystique. Les contre-indications sont la grossesse et la prise de rétinoïde. Les effets secondaires du traitement au laser sont, un léger de gonflement transitoire, des démangeaisons, des sensations de brûlure.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments