Paludisme, quelles précautions prendre ?

Les personnes qui se rendent dans des zones où le paludisme (ou la malaria) est endémique courent un sérieux risque de contracter cette maladie. Prendre des précautions pour éviter d’être contaminé revêt un caractère impérieux, car cette maladie est potentiellement mortelle. Avoir la bonne information, éviter les piqûres de moustiques et suivre une prophylaxie constituent les clés du succès.

S’informer sur les risques

Avant de se rendre dans un pays, il est important de vérifier si le paludisme n’y sévit pas. Le site du Ministère de la Santé et celui de l’Organisation Mondiale de la Santé tiennent des listes à jour des pays et des territoires où le paludisme est endémique. Il est également possible d’obtenir la bonne information en posant la question à son médecin ou en se rendant dans un centre de santé. Consulter un médecin est indispensable, car celui-ci vous donnera des conseils utiles pour éviter de contracter la maladie. Ce dernier vous indiquera également la démarche à suivre si vous contractez la malaria.

Moustique sur une plante

Eviter les piqûres de moustiques

L’anophèle est le vecteur par lequel transite le protozoaire responsable de la malaria, à savoir Plasmodium falciparum. Les personnes qui contractent la malaria sont celles qui ont été piquées par ce vecteur. Eviter de se faire piquer est donc essentiel si on ne souhaite pas contracter cette maladie. Il faut de préférence demeurer dans des pièces climatisées, dont les fenêtres sont pourvues d’écrans anti moustiques. Si cela n’est pas possible, il faut vous assurer que les fenêtres et les portes de la pièce où vous dormez sont hermétiques.

Dormir sous une moustiquaire imprégnée constitue la solution la plus efficace contre les piqûres de moustiques. N’oubliez pas d’enduire votre peau de répulsifs contre les moustiques. Renouvelez régulièrement l’application de cette crème pour éviter d’être piqué. Portez des pantalons et des chemises à manches longues. Évitez les shorts et les chemises à manches courtes.

Suivre une prophylaxie

Il n’y a pas de vaccin efficace contre le paludisme. Certaines recherches en cours sur la question sont en passe de donner des résultats intéressants mais il est importe d’avoir le recul scientifique nécessaire. Les traitements prophylactiques constituent donc la meilleure ligne de défense contre la malaria. Ces traitements permettent de réduire le risque de contamination de 90%. Il est donc essentiel d’y recourir en consultant un médecin avant votre départ pour une zone à risque. Il faut veiller à respecter scrupuleusement les prescriptions du médecin, car l’efficacité du traitement repose sur elles. Les personnes ayant déjà suivi une prophylaxie dans le passé doivent refaire le traitement si elles souhaitent se rendre à nouveau dans une zone où la malaria est endémique.

Voir notamment notre article sur la Malarone ici.

Magnifique chute d'eau

Contacter immédiatement un médecin en cas de problème

Les personnes qui tombent malades au cours d’un voyage dans une zone endémique de la malaria doivent se rendre immédiatement à l’hôpital. Il en est de même pour celles qui tombent malades après leur retour d’un voyage dans une région tropicale. Cette précaution doit être prise même si l’individu a suivi un traitement prophylactique. L’état de la personne peut s’aggraver très rapidement et il est important que le mal soit diagnostiqué et traité dans les plus brefs délais. Une fois à l’hôpital, il faut indiquer au personnel médical que vous revenez d’un pays où le paludisme est endémique.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments