• Home

Sexualité des femmes, sexualité des hommes

Ce n’est pas par hasard si les hommes et les femmes s’entendent parfois comme chien et chat et que l’on dit même que les premiers viennent de Mars et les secondes de Vénus. Mais, c’est bien aussi pour cela qu’ils sont complémentaires. Car, à plusieurs égards, les deux sexes sont bien différents. Et la science le soutient. La sexualité des femmes et la sexualité des hommes sont elles aussi spécifiques à chaque genre. Ici ce qu’il faut savoir notamment sur la libido des unes et des autres, les règles, l’éjaculation précoce ou encore les troubles de l’érection.

Sexualité de l’homme et de la femme : entre émotions et environnement

Couple souriantDécidément, les études prouvent que l’homme et la femme semblent bien provenir de deux planètes différentes, si bien qu’au niveau du sexe, certains psychanalystes prétendent même qu’il n’y a aucun rapport entre la sexualité des femmes et la sexualité des hommes. L’on s’attend bien à ce qu’on dise que les besoins des deux genres ne sont pas forcément les mêmes à ce sujet, toutefois, l’idée que la femme et l’homme n’aient rien en commun dans le domaine de la sexualité laisse quelque peu perplexe. Toutefois encore, il reste indéniable qu’à bien des niveaux, les deux genres sont bien différents, voire opposés.

La femme est aussi capable que l’homme d’atteindre le septième ciel lors des ébats, mais, par exemple, le désir lui-même n’est pas éveillé de la même manière chez les deux sexes. À ce propos, ceux-ci, leurs corps précisément, fonctionnent bien différemment. Le désir chez la femme est plus influencé par les émotions, chez l’homme, par l’environnement. Puis, toujours en matière de sexualité, la gent féminine connaît alors même des menstruations que l’homme n’expérimentera jamais, et inversement, celui-ci est exposé à des troubles de l’érection inconnus de son homologue féminin.

La sexualité chez la femme

Plus de détails sur la sexualité féminine.

La libido

Sous-vêtements fémininsUne femme peut bien souffrir d’un manque de désir sexuel ou fameuse libido. Toutefois, avant de déclarer que vous souffrez d’une baisse de libido, demandez l’avis d’un médecin qui saura éclairer vos lanternes, car déjà, à ce niveau, les besoins de la femme diffèrent bien de ceux de l’homme. Ainsi, si certaines semblent véritablement impuissantes face à une baisse de désir, d’autres sont « programmées » pour n’avoir envie de faire l’amour qu’une ou deux fois par semaine.

De plus, ce professionnel sera à même de déterminer les causes de votre baisse de libido, une fois après avoir écarté les facteurs médicaux comme l’insuffisance de testostérone. Souvent, la baisse de désir sexuel chez la femme est provoquée par la fatigue, la tension, les problèmes de couple ou encore par des problèmes sous-jacents de type familiaux, un manque de confiance en soi ou un passé sexuel traumatisant. Dans ces cas-là, la baisse de libido chez la femme peut être traitée à la source, via un médecin de famille thérapeute. En cas de problème de couple, une solution peut aussi être proposée par un spécialiste. En cas de ménopause, selon les cas, une crème hormonale contre la sécheresse vaginale ou un traitement hormonal peut renverser la situation.

La contraception féminine

Pour prévenir une grossesse, la femme peut recourir à des moyens de contraception. Mais, à chaque femme son contraceptif, car, les besoins et le corps varient d’un individu à un autre. Ces solutions englobent généralement l’anneau contraceptif, la contraception chirurgicale, l’implant, le patch, les préservatifs féminins et masculins, le stérilet et les fameuses pilules contraceptives. Ici, le choix varie notamment selon le mode de vie, le prix, les envies, la situation médicale, les antécédents médicaux, le choix devant être guidé par un professionnel de santé à même de proposer une solution adaptée à chaque femme.

Plus de détails sur la contraception féminine.

Les règles chez la femme

Les règles ou menstruations… Un phénomène que les hommes sont bien contents de ne pas connaître. En fait, les règles sont tout simplement un écoulement de sang, survenant à chaque cycle menstruel. Ce sang provient alors de l’utérus, dans une quantité variant d’une femme à une autre. À vue d’œil, celle-ci semble souvent abondante, pourtant, elle va de 5ml à 25 ml en général.

Toutes les fois que le corps féminin subit son changement hormonal de fin de cycle, la muqueuse de l’utérus se renouvelle, elle se prépare à une fécondation et quand celle-ci n’a pas lieu, du sang résultant du surplus de la paroi, ayant alors augmenté, est ainsi éjecté. Le premier moment de l’écoulement représente le début du cycle menstruel, le dernier moment, sa fin. Un cycle pouvant alors durer 40 jours selon la femme.

La sexualité masculine

Plus de détails sur la sexualité masculine.

La libido

Bien que les besoins de relation sexuelle soient plus fréquents chez l’homme, il n’est pas à l’abri d’une baisse de libido. Toutefois, chez celui-ci, la fatigue apparaît comme la cause principale d’une telle diminution du désir sexuel. Entre l’intensité de son travail, les problèmes au boulot, les problèmes de couple, ses problèmes d’argent, la fatigue peut vite régner chez l’homme. Et par la même occasion, inhiber son envie sexuelle. Et il se rattrape alors souvent dans ses moments de détente : les jours off, le week-end, les vacances. Le stress étant en fait un facteur principal au même titre que la fatigue.

Cependant, cette baisse peut être favorisée par d’autres facteurs, tels médicaux : maladies, prise de médicaments, prise de substances toxiques (tabac, drogue, alcool), ou encore la peur de la rencontre et de l’engagement ! Dans tous les cas, comme chez la femme, la libido peut être éveillée et entretenue.

Les troubles de l’érection

Dans leurs tenus de bainsEt non, le sexe masculin n’est pas fait pour être au garde à vous chaque fois que vous le souhaitez, Mesdames ou Messieurs. Les troubles de l’érection ou dysfonctionnements érectiles sont bien fréquents. Ceux-ci se caractérisent souvent par un manque de rigidité des corps caverneux et sont causés par divers facteurs. D’abord, tout dépend de ce qu’il y a dans votre tête, autrement dit, des facteurs psychologiques : être stressé, angoissé, déprimé, nourrir de grandes peurs, être anxieux ou fatigué peut causer des troubles de l’érection. Il en est de même pour les disputes de couple, les antécédents traumatisants relatifs à la relation de couple ou encore le comportement agressif de l’autre.

Les dysfonctions érectiles sont aussi causées parfois par les médicaments, notamment les antihypertenseurs et traitements hormonaux à l’estrogène. À ce propos, un manque de testostérone, hormone virilisante de premier ordre peut aussi empêcher une érection, tout comme les affections neurologiques, ayant des effets sur les nerfs érecteurs (alcool, diabète, sclérose en plaques…).

L’éjaculation précoce

Jouir plus vite que son ombre ou avant que sa partenaire ait pu apprécier le moment d’ébats tant attendu constitue une grande peur pour de nombreux hommes. Une peur contre laquelle certains ne peuvent malheureusement pas lutter. 1 homme sur 5 plus précisément, cependant, rien n’est perdu : tout peut encore s’arranger. Apprendre à garder le contrôle, à retarder ou normaliser l’éjaculation est à la portée de tous les concernés. Mais, la cause profonde d’une éjaculation précoce reste à ce jour un mystère, toutefois, les hommes nourrissant une anxiété à long terme s’avèrent plus exposés au fâcheux phénomène.

Cependant encore, l’âge ou la périodicité sexuelle restent des facteurs privilégiés. Quoi qu’il en soit, ses effets sont néfastes : relation sexuelle insatisfaite, manque de confiance en soi et autres problèmes d’estime de soi à long terme. Pour soigner l’éjaculation précoce, sont alors notamment proposés des pilules spécifiques, des exercices tantriques et autres, les bagues de pénis ou cock rings. Au besoin, consulter un spécialiste (sexologue…) peut s’avérer plus efficace et plus rapide.