Peut-on encore avoir ses règles après la ménopause ?

Caractérisée par l’arrêt du fonctionnement des ovaires, la ménopause est un phénomène physiologique naturel qui survient chez la femme, en moyenne vers l’âge de 50 ans. Elle correspond à un arrêt définitif des menstrues. Il n’y a plus d’ovulation. C’est donc la fin de la période de fécondité chez la femme. La ménopause est définie comme étant une période au cours de laquelle la femme n’a plus ses règles pendant au moins 12 mois, soit pendant une année entière. Ainsi, l’apparition des saignements après la ménopause est, tout à fait, anormale et requiert une consultation gynécologique, car ces saignements peuvent être liés à des causes diverses parmi lesquelles il faut craindre un cancer de l’endomètre ou du corps de l’utérus.

Les saignements au cours de la ménopause

Femme de dosChez les femmes ménopausées, les ovaires, même s’ils sont présents, n’assurent plus une fonction hormonale et reproductive. Il n’y a plus d’ovulation et les règles disparaissent. Mais, les saignements qui surviennent après une aménorrhée de 12 mois consécutifs, ne sont pas normaux, ce ne sont pas des menstruations. Il s’agit d’une perte de sang, liée à diverses causes.

Ces pertes de sang sont susceptibles de se répéter ou peuvent apparaître une seule fois. Elles peuvent être abondantes ou limitées à quelques gouttes, régulières, apparaissant pendant un jour ou pendant une longue période de temps.

Les causes des saignements vaginaux après la ménopause

  • Hormonothérapie mal adaptée

Les saignements post ménopausiques peuvent apparaître après l’instauration d’une hormonothérapie ou la thérapie par substitution hormonale. Dans le but de soulager les désagréments liés à la ménopause, un traitement hormonal peut être institué. Il consiste à utiliser des hormones de substitution dans le but de remplacer celles que les ovaires ne sécrètent plus lors de la ménopause.

Lorsque la posologie n’est pas adaptée, avec notamment un mauvais choix ou un mauvais dosage du traitement hormonal, des saignements vaginaux peuvent survenir. Ainsi, la femme peut saigner après la ménopause, surtout si elle est sous l’effet d’un traitement hormonal qui peut induire des cycles menstruels. Il ne s’agit pas d’un retour des ‘’vraies règles’’ mais d’une survenue des règles artificielles.

  • Polypes et fibromes

Certains problèmes de santé, marqués par l’apparition des polypes et des fibromes peuvent également provoquer des saignements vaginaux. Les polypes sont des bulles de chair qui se forment sur l’endomètre (la muqueuse qui tapisse la cavité utérine). L’éclatement de ces bulles, provoque des saignements.

Parfois, le tissu musculaire de l’utérus laisse apparaître des excroissances à l’intérieur ou autour de l’utérus. Ces excroissances qui peuvent être localisées sous l’utérus sont des fibromes qui constituent, également, des sources de saignements, souvent, abondants, accompagnés d’anémie. Avec ces tumeurs bénignes (non cancéreuses), l’étirement d’un vaisseau sanguin peut provoquer un écoulement sanguin plus ou moins abondant.

  • Sécheresse ou atrophie de la muqueuse vaginale

Femme couverture au ventL’atrophie vaginale est marquée par une réduction et un amincissement des parois du vagin. La taille du vagin qui perd son élasticité diminue. Lorsque cette atrophie survient, elle provoque une sécheresse vaginale, des brûlures et des irritations. Les rapports sexuels avec pénétration sont douloureux, les frottements irritent le vagin. D’autres conséquences possibles, sont les saignements qui surviennent à la suite des rapports sexuels qui s’avèrent douloureux.

Ainsi, en cas d’irritation vaginale ou en l’absence de lubrification naturelle consécutive à une sécheresse vaginale, des saignements vaginaux peuvent apparaître après la ménopause.

  • Le cancer de l’endomètre et bien d’autres cancers

Le cancer de l’endomètre est une tumeur maligne qui affecte le revêtement intérieur de l’utérus. Les cellules de l’endomètre, un tissu riche en glande, se multiplient, de façon anarchique, et provoquent une tumeur (un mas de cellules). Ce cancer se manifeste par des saignements anormaux de l’utérus. Il est fréquent en période post ménopause, notamment, chez les sujets à risque, à savoir, les personnes obèses, diabétiques ou affectées par une hypertension. Lorsque ce cancer gynécologique affecte l’épithélium, la première couche de l’endomètre, il s’agit d’un carcinome (tumeur épithéliale maligne).

D’autres types de cancers peuvent être à l’origine des saignements vaginaux après la ménopause. Ce sont :

  • Le cancer du col de l’utérus, il s’agit d’une tumeur maligne qui se développe dans la partie inférieure de l’utérus. Situé au fond du vagin, le col de l’utérus relie le vagin à l’utérus.
  • Le cancer de l’ovaire ; souvent difficile à détecter, il peut être associé à un saignement vaginal anormal. L’ovaire est situé de chaque côté de l’utérus. Lorsque les cellules cancéreuses sont localisées au niveau de la surface externe de l’ovaire (cellules épithéliales), il s’agit d’un cas d’adénocarcinome.
  • Le cancer de la vulve, généralement consécutif à un déficit hormonal (œstrogènes) apparaît, fréquemment, chez les femmes âgées de plus de 70 ans. Ce cancer de la partie externe des organes génitaux de la femme est, plutôt, rare
  • Le cancer du vagin se manifeste, également, par des saignements après la ménopause et après les relations sexuelle.
Click Here to Leave a Comment Below 0 comments